Accueil du site > Zoom > Parents, enseignants, référents… : quelle place dans l’accompagnement de la (...)

Parents, enseignants, référents… : quelle place dans l’accompagnement de la scolarité de l’enfant en maternelle et en primaire ?

Publié le : mardi 1er juillet 2014

C’est autour d’une table… ronde, que parents, professionnels et bénévoles se sont assis pour travailler cette question de la place de chacun dans l’accompagnement de la scolarité de l’enfant en maternelle et en primaire.

Deux questions ont été amorces de la discussion sur ce thème :
- « C’est quoi accompagner un enfant quand il arrive à l’école maternelle et/ou à l’école primaire ? »
- « Et après l’école quelle place accorde-t-on aux leçons ? »

Globalement les retours des participants s’articulent autour de grands axes.

Offrir un espace où il fait bon vivre…
Accompagner un enfant qui arrive à l’école c’est lui offrir un lieu de vie où règne un climat de confiance, où il se sent en sécurité avec des règles de savoir-vivre et des règles différentes de celles de la maison. C’est aussi lui permettre de bien vivre la séparation dans un cadre rassurant, lui donner envie d’aller à l’école, qu’il y aille avec le sourire, lui faire aimer l’école pour apprendre de nouvelles choses, retrouver ses copains. Cependant, beaucoup de parents évoquent leur peur face à la violence à l’école. L’accompagnement de l’enfant laisse apparaître que, pour beaucoup, c’est lui permettre de s’épanouir, se réaliser, lui apprendre à faire des choix.

Échanger, communiquer, ouvrir l’école
La notion d’échange avec les différents acteurs autour de l’enfant à l’école (parents, enseignants, personnels de l’école, acteurs associatifs et/ou du périscolaire…) ressort particulièrement : « Communiquer/expliquer », « […] échanger, partager, se connaître, se rencontrer. », « Besoin de cohésion entre les acteurs »...
L’ouverture de l’école aux parents a été aussi largement évoquée : « Ouvrir la classe aux parents », « Permettre aux parents de “décoder” le langage de l’école et de pouvoir y entrer », « C’est pouvoir rentrer dans la classe maternelle ou primaire de son enfant, pouvoir voir où son enfant vit », « Favoriser la relation parent/enseignant et vivre en tant que parent l’ambiance, la vie de l’école » « C’est accueillir le parent et lui laisser le temps d’être présent »… Ces idées peuvent être vues comme des solutions à des situations citées comme devant changer : « Trop souvent l’Education Nationale peut être vécue comme “excluante” (pour les parents ou les acteurs du périscolaire) », « Difficulté pour rencontrer l’enseignant », « les parents n’ont pas le droit de rentrer dans la classe », « Encore trop de situations gérées par différents acteurs sans concertation et sans reconnaissance de la place de chacun »…

Le soutien et la valorisation des enfants à travers l’acquisition des compétences ont été aussi abordés.

Parmi les expériences qui seraient à retenir, il y a les espaces intermédiaires (classe passerelle à Brest, action « Accueil école » à Quimper) qui permettent aux parents lors de l’entrée de leur enfant en maternelle de participer aux activités de la classe.

Est-ce que tu as des devoirs ?
Autour de la notion d’accompagnement scolaire a été posée la question des devoirs.

Si les leçons sont vues par les participants de l’atelier comme un moyen de communiquer avec l’enfant sur la journée, un moyen de repérer ce qu’il fait en classe, où il en est afin de pouvoir le valoriser, elles sont aussi identifiées par certains comme source d’inégalité. Tous les parents ne sont pas égaux face aux devoirs, pouvant même laisser certains d’entre eux en difficulté. Les leçons du soir risquent « sans doute de creuser des écarts selon les niveaux socioculturels des enfants », « à créer des conflits au sein des familles ».

Des expériences citées qui pourraient être retenues

- Mot de l’enseignante pour expliquer aux parents ce qu’elle attend des devoirs du soir
- Des ateliers parents/enfants qui permettent d’accompagner les parents dans l’accompagnement scolaire des enfants
- Accompagnement des enfants en individuel ou en collectif, au domicile ou en structure

Il apparaît que l’échange et l’accueil sont parmi les clés majeures de l’accompagnement de l’enfant à l’école maternelle et primaire. Face aux craintes que chacun évoque, pouvoir discuter, rencontrer les enseignants, les autres parents, les animateurs… se sentir autorisés à parler, ressentir une cohésion entre les référents ou les institutions, identifier les interlocuteurs (parents, délégués, ATSEM, animateurs)… rassurent et amènent le changement.
De nombreuses expériences sont citées en exemple montrant qu’il est tout à fait possible pour chacun d’avoir une place pour accompagner l’enfant. Face aux situations mentionnées comme devant changer, les acteurs (parents, enseignants, personnels d’écoles…) ont des idées, la volonté que des choses évoluent.
Efforts à poursuivre !